Le Sénateur américain COTTON suggère de refuser des visas à des étudiants chinois, la communauté universitaire sous le choque

Par Tanguy OTOUNGA-. Décidément les hommes d’État ne sont plus ce qu’ils étaient au pays de l’Oncle Sam. Après le président Donald Trump qui, devant l’impasse du coronavirus, avait suggéré d’injecter aux malades des désinfectants, voilà qu’un autre républicain, émeut le monde avec une suggestion d’un autre âge.

Le monde académique a été particulièrement choqué après la suggestion pour le moins indigeste d’un Sénateur américain de refuser des visas aux étudiants chinois, si ces derniers envisageaient de s’inscrire à des programmes scientifiques et technologiques dans les universités américaines.

C’était dimanche dernier, lors d’une interview accordée à Fox News. Le sénateur républicain Tom COTTON de l’Arkansas, a proposé d’interdire l’inscription des étudiants chinois aux séries scientifiques dans toutes les universités américaines.

Il faut dire que COTTON, un critique endurci de la Chine, n’est pas à son premier coup. Récemment il a affirmé, sans jamais présenter de preuve, que ce serait un laboratoire chinois qui aurait fabriqué le coronavirus.

Au cours de cette interview, COTTON n’est pas allé par le dos de la cuillère pour attaquer, comme à son habitude, la Chine et ses ressortissants. « C’est un scandale que les États-Unis aient formé tant d’étudiants chinois qui soient repartis en Chine pour nous concurrencer, prendre nos business, et finalement […] concevoir des armes et d’autres appareils qui peuvent être utilisés contre le peuple américain » a-t-il déclaré.

Le Sénateur a poursuivi en suggérant que les États-Unis devaient « examiner de très près » la nature des visas qu’ils accordent aux ressortissants chinois qui y viennent pour étudier, en particulier au niveau du troisième cycle dans des domaines scientifiques et technologiques avancés.

« Si les étudiants chinois veulent venir ici et étudier Shakespeare et la théorie du fédéralisme par exemple, ça ne me pose aucun problème. C’est ce qu’ils doivent apprendre de l’Amérique. Ils n’ont pas besoin d’apprendre l’informatique quantique », a conclu le législateur.

Les universitaires et académiciens des États-Unis et d’ailleurs, outrés par ces propos, n’ont pas tardé à réagir. C’est le cas de Ella ATKINS du département de génie aérospatial de l’Université du Michigan. Ayant travaillé avec des étudiants et des collègues d’Asie, elle a qualifié les propos de COTTON comme « non fondés« . « Les bons chercheurs sont de bons chercheurs, et je ne pense pas qu’il y ait de raison d’exclure quelqu’un, en fonction de leur provenance« , a déclaré le professeur ATKINS.

« Je pense que si notre objectif est d’avoir un environnement d’enseignement et de recherche de haute qualité dans nos universités, nous devons nous assurer d’avoir des étudiants, des professeurs et du personnel de la plus haute qualité dans ces universités. Et il n’y a aucun moyen d’y parvenir si nous éliminons de larges segments de la population », a-t-elle déclaré.

ATKINS d’ajouter « nous avons vraiment besoin d’une collaboration mondiale » dans le domaine de la technologie. Une autre personnalité, Richard VOYLES, Directeur de Robotics Accelerator, a soutenu que « les étudiants chinois en génie civile et en technologie sont essentiels à la recherche américaine« .

« Bien qu’il soit dommage que nous ne puissions pas inciter davantage d’étudiants américains à entrer dans des écoles supérieures en ingénierie et en sciences […] je pense que plus nous pourrions garder d’étudiants chinois dans ce pays, mieux nous serions« , a-t-il affirmé.

Steven MERCER, consultant en éducation basé à Santa Monica, en Californie, a à son tour qualifié les propos du sénateur COTTON de « très partisans« . Sur les réseaux sociaux, les propos du Sénateur COTTON ont suscité un débat houleux, et de nombreux internautes les ont jugé comme ayant des connotations racistes et « contre-productifs » pour le développement économique du pays.

Il faut dire que depuis l’arrivée de TRUMP, le nombre d’étudiants chinois en partance vers les États-Unis a fortement ralenti. Ceci du fait de l’approche restrictive de l’administration TRUMP en matière d’immigration. Cet état de fait a amené les étudiants chinois et leurs parents notamment à revoir leurs plans d’études. Un récent sondage organisé par Amherst College a révélé que 87% des conseillers d’orientation en Chine ont déclaré que les parents d’élèves chinois reconsidèrent depuis peu leurs perspectives d’étudier aux États-Unis.

« Cela me brise le cœur. Les institutions, les étudiants et les professeurs américains bénéficient depuis des décennies des perspectives des étudiants de la République Populaire de Chine et de leurs contributions intellectuelles », a écrit Pat GIERSH, professeur d’Histoire au Wellesley College, sur Twitter.

(Sources China Daily)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s