[Exclusif] Laboratoire P4 de Wuhan : le renseignement français contredit les accusations de Trump

Quelques jours avant les accusations de fuite du virus d’un laboratoire de Wuhan (Chine) émises par Donald Trump, plusieurs spécialistes du renseignement français nous ont confié le résultat de leurs propres enquêtes sur le sujet. Révélations.

Depuis plusieurs semaines, nous menons l’enquête pour savoir si, comme le rapportent plusieurs médias américains, la propagation du covid19 depuis la Chine, dans le monde entier n’est pas la conséquence d’une fuite accidentelle du laboratoire P4 de Wuhan, ou plus grave, d’une action volontaire des autorités chinoises.

Trump affirme que le virus vient du laboratoire chinois P4 de Wuhan

Donald Trump a accrédité cette théorie le 30 avril. Interrogé à la Maison Blanche par une journaliste, le président américain s’est montré très affirmatif. Selon Fox News, celle-ci lui demande s’il a « vu jusqu’ici des choses permettant de croire sérieusement que l’Institut de virologie de Wuhan était à l’origine de la pandémie ? ». Réponse de Trump : « Oui ». Avant de préciser : « C’est quelque chose qui aurait pu être contenu à l’endroit d’origine et je pense que ça aurait pu être contenu très facilement ». Des propos plongeant les autorités chinoises dans un immense embarras. Ce samedi 2 mai d’ailleurs, en réaction à ces propos, l’ambassadeur de Chine en France lui a répondu avec virulence dans les colonnes du Parisien : « S’il a des preuves, qu’il les montre ».

L’ambassadeur de Chine à Paris attaque Trump

La meilleure défense, c’est l’attaque. Le représentant de Pékin à Paris, Lu Shaye, embraye au sujet du président américain : « Mais qu’il cesse de duper les gens avec des lessives en poudre. Avec une accusation sans fondement, comment saurait-on parler de punition », continue-t-il. Et d’ajouter : « La communauté internationale doit plutôt poursuivre la responsabilité des Etats-Unis qui ont causé la propagation du virus dans le monde. Éventuellement, avec plus d’un million de cas confirmés, le pays que dirige Donald Trump totalise à lui seul un nombre de cas supérieur au total des cas recensés du deuxième au septième pays les plus touchés dans le monde ». La charge est violente et peu habituelle, dans les relations diplomatiques, mais reflète le niveau de tension – ou plutôt de brutalité – entre les deux puissances.

« Nous avons l’absolue certitude que ce n’est pas une fuite du laboratoire P4 »

Au cours de notre enquête, nous avons interrogé plusieurs contacts dans les services de renseignement français. Ceux-ci et notamment leurs équipes de contre-espionnage et celles spécialisés dans les armes chimiques et bactériologiques ont été activés très tôt, dès le début de l’épidémie pour essayer d’en savoir plus. Plusieurs sources, contactées entre le 23 et le 29 avril l’affirment : « Nous avons l’absolue certitude que ce n’est pas une fuite du laboratoire P4 », explique ainsi un spécialiste du sujet au sein des services français.

Un autre de compléter : « Assez tôt, nous avons pu récupérer plusieurs dizaines de souches du virus et nous les avons faites analyser par des experts scientifiques. Toutes les souches analysées montrent qu’elles n’ont pas été modifiées humainement. La souche est bien animale, elle a été transmise à l’homme sans qu’on sache encore exactement pourquoi. Elle ne vient pas d’une fausse manipulation ou d’une fuite ».

Un troisième de nous expliquer : « Cela se voit très vite si la souche a été manipulée par l’homme ». Les espions que nous avons interrogés confient donc que les autorités françaises ont la conviction depuis plusieurs semaines que le virus n’est ni issu d’une manipulation, ni d’une fuite, ni même d’une action volontaire. En revanche, tous confirment les failles de sécurité du laboratoire P4 : « Il n’est pas aux normes, il est en fait plutôt du niveau P3 », avons-nous appris. L’un d’eux conclut : «On a beau se dire tout cela…ça n’exonère en rien, pour autant, la responsabilité considérable de la Chine dans la crise que nous vivons ».

Des doutes crédibles

Le doute existe depuis le début de la crise sanitaire, née fin 2019 en Chine et exportée dans le monde entier à partir de février 2020. Après avoir multiplié les mensonges, les autorités chinoises n’ont pas communiqué à la communauté internationale tout ce qu’elles savaient sur le virus. Ce comportement a suscité la colère, souvent sourde, des nombreux pays partenaires de la Chine, considérant subir la pandémie, en grande partie en raison de ses négligences et imprécisions. Plus accablant : les autorités chinoises ont refusé l’entrée dans le laboratoire à des épidémiologistes de plusieurs pays, souhaitant se faire une idée précise de la situation.

Le doute a été renforcé depuis que le Washington Post et Fox News, s’appuyant sur des sources anonymes, ont rapporté il y a quelques jours que l’ambassade des Etats-Unis à Pékin, après plusieurs visites à l’institut de virologie de Wuhan (Chine), a alerté en 2018 les autorités américaines sur les risques liés au faible niveau de sécurité de ce laboratoire qui étudie notamment la réaction et la diffusion du coronavirus issus de chauves-souris. Il n’en a pas fallu plus pour se demander si le virus n’était pas issu de ce laboratoire, disposant de la plus grande collection de souches de virus en Asie (officiellement 1500).

D’autant que, selon la grande majorité de la communauté scientifique mondiale, le virus a sans doute été transmis à l’homme depuis l’animal, certainement le pangolin ou la chauve-souris. En outre, le laboratoire P4 se situe à seulement quelques kilomètres d’un marché… d’animaux vivants de la ville de Wuhan.

Retrouvez l’intégralité de l’enquête dans le numéro Valeurs Actuelles du jeudi 7 mai 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s