Vaccin mortel aux 720 000 bébés africains : l’Union africaine doit ouvrir une enquête

Les révélations faites par le Dr congolais Jérôme MUYANGI, faisant état du test d’un vaccin en cours d’administration en Afrique depuis plusieurs années, et qui viserait 720 000 enfants, devraient faire réagir aussi bien la société civile, les ministres africains de la Santé des 54  Etats africains, que l’Union africaine qui dispose des organismes spécialisés.

Conduite par la firme pharmaceutique GSK, en complicité d’intérêts avec la Fondation Melinda et Bill GATES, l’administration de ces vaccins, en réalité des tests humains sans consentement, aurait fait des victimes dit le Dr MUYANGI. Surtout chez les bébés filles. Pire, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) serait partie prenante à cette expérience ignoble, mêlant son honneur à la mort programmée de centaines de milliers sur le continent africain.

Si ces révélations du Dr Jérôme MUYANGI sont exactes, on comprend mieux les prédictions macabres du couple Melinda et Bill GATES, parlant de 10 millions de morts en Afrique au sujet du Covid-19. La Fondation GATES, les laboratoires GSK et l’organisation Gavi seraient alors un consortium ou Groupement d’Intérêt Economiques pour planifier la mort des centaines de milliers d’enfants qui auraient participé à la reproduction de la population africaine. 

Tous les démographes le prédisent, au regard de son taux actuel de croissance démographique, l’Afrique sera en 2050 un continent démographiquement important, économique actif et productif, un marché de consommation qui va tracter la croissance mondiale. L’action en sourdine des laboratoires GSK, de la Fondation Melinda et Bill GATES, alimente les thèses complotistes. Selon lesquelles thèses conspirationistes estiment que des forces du mal œuvrent à planifier la mort à grande échelle de la population mondiale, empêchant par la réalisation de ce leadership africain à l’horizon 2050. Créer une cassure démographique, en décimant une bonne partie de la population noire, serait alors une action envisagée dans le plus grand des secrets, si l’on en croit les vidéos de certains commandos de la mort, venus en Afrique pour vacciner les populations contre les maladies alors que la mission inavouée était d’inoculer la mort par le VIH/SIDA.  

L’Union Africaine devrait impérativement se saisir de cette question et ouvrir une enquête. Tout comme la société civile indépendante devrait inciter les Gouvernants à agir en urgence sur cette épineuse question criminelle. Considérer l’inoculation des doses d’un vaccin mortel doit devenir une cause d’action vigoureuse pour l’Union africaine.

Enfin, les représentations régionales de l’OMS devraient s’expliquer sur cette question très gênante qui assène un sérieux coup à l’éthique et déontologie médicale et pharmaceutique. Que des enfants deviennent des cobayes à leur insu et à l’insu de leurs parents, un simplement abject. Et aucun humain de devrait tolérer cela. A commencer par les Africains et leurs institutions.

Une réflexion sur “Vaccin mortel aux 720 000 bébés africains : l’Union africaine doit ouvrir une enquête

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s