ROYAUME-UNI. Boris JOHNSON sous pression : une enquête doit être lancée pour savoir pourquoi les minorités noires et asiatiques sont plus susceptibles de mourir du Covid-19

Boris JOHNSON fait face à une pression croissante pour lancer une enquête publique indépendante sur l’impact disproportionné de la pandémie de coronavirus sur les personnes d’origine noire, asiatique et minoritaire au Royaume-Uni. Dans une lettre adressée au Premier ministre, une coalition de 70 personnalités d’origines Bame affirme que Covid-19 a mis en évidence les problèmes d’inégalité raciale et sanitaire en Grande-Bretagne et affirme qu’un examen gouvernemental actuel manque de transparence.

Les signataires de la lettre, publiée hier dimanche 10 mai, incluent la baronne Doreen LAWRENCE, la chaîne de télévision Konnie HUQ, l’auteur Malorie BLACKMAN, le chanteur Jermain JACKMAN, le comédien Phil WANG, l’acteur Matt Henry et le réalisateur Saloum N’JIE. Des chefs religieux, dont Harun KHAN, le secrétaire général du Muslim Council of Britain, et le très révérend Rogers GOVENDER, le doyen de la cathédrale de Manchester, ont également signé la lettre à M. Johnson.

Cette décision est prise après que l’Office des statistiques nationales (ONS) a publié des données plus tôt cette semaine montrant que les hommes et les femmes noirs en Angleterre et au Pays de Galles sont presque deux fois plus susceptibles de mourir du virus que les Blancs.

Après avoir tenu compte de l’âge, de la richesse et de facteurs tels que le handicap, le risque de décès pour les hommes et les femmes noirs qui contractent un coronavirus était 1,9 fois plus probable que pour les hommes et les femmes blancs. Des conclusions similaires ont été tirées pour les hommes des groupes ethniques bangladais et pakistanais.

Le mois dernier, la Primature a annoncé que le gouvernement avait lancé un examen formel de l’impact de Covid-19 sur les personnes issues de milieux Bame en Grande-Bretagne, demandant à Public Health England et au NHS de prendre l’initiative.

Le professeur Kevin FENTON, directeur régional de Londres de PHE, a déjà commencé à travailler sur l’enquête interne, qui examinera également l’impact du sexe, de l’âge et de l’obésité. Le gouvernement devrait publier les résultats d’ici la fin mai. Tout en se félicitant de l’examen dans leur lettre à M. JOHNSON, les signataires disent qu’il est « douteux » qu’il fournisse les réponses critiques qui sont nécessaires, et le gouvernement devrait accepter une « enquête publique indépendante [qui] aurait une portée plus large ».

La lettre ajoute: « Une telle enquête est essentielle pour tous, en particulier pour ceux qui ont perdu des êtres chers. Covid-19 est clairement l’un des plus grands problèmes de l’histoire de l’après-guerre, mettant en lumière les inégalités raciales et sanitaires ». Au cours des quarante dernières années, il y a eu un précédent d’enquêtes similaires telles que: le rapport Scarman sur les émeutes de Brixton, le rapport MacPherson sur le meurtre de Stephen Lawrence, l’enquête Victoria Climbie sur la sauvegarde, l’enquête Zahid Mubarek et la récente Examen des leçons tirées du scandale de Windrush.

« En lançant une telle enquête, le gouvernement donnera l’occasion à un éventail de parties prenantes de soumettre des preuves par le biais d’un processus transparent. Cela aiderait à restaurer la confiance du public au sein de la communauté britannique Bame. Une enquête fournira des résultats clés et offrira des recommandations claires pour un changement systémique ou transformationnel autour du rôle du secteur public et de l’égalité raciale en Grande-Bretagne.

Les signataires exhortent également l’enquête publique indépendante à «examiner le niveau de financement et d’investissement dans les infrastructures de santé publique, physiques et sociales dans les zones des autorités locales où la population de Bame est importante et où le taux de mortalité lié à Covid-19 est disproportionné» .

En réponse, un porte-parole de la Primature (N°10) a déclaré: «Chaque décès par ce virus est une tragédie et il est essentiel que nous découvrions les groupes les plus à risque afin de minimiser leur risque. Nous avons donc chargé Public Health England de mieux comprendre les différents facteurs, tels que l’origine ethnique, qui peuvent influencer les effets du virus»

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s