BRÉSIL. Cris des malades, pleurs, sirènes perpétuelles des corbillards

CHINA AFRICA MEDIA – C’est une catastrophe qui se joue au Brésil. Le Brésil a confirmé plus de 330 000 cas de coronavirus, dépassant la Russie pour devenir la nation avec le deuxième plus grand nombre d’infections, derrière les États-Unis. Mais la stratégie nationale des plus hautes autorités, le dénie par le président de la République Jair BOLSONARO de l’existence de la pandémie conduit ce pays au bord du gouffre. Focus sur des chiffres macabres inquiétant.

« Dans un sens, l’Amérique du Sud est devenue un nouvel épicentre de la maladie. Nous avons vu de nombreux pays d’Amérique du Sud avec un nombre croissant de cas« , a déclaré Mike RYAN de l’Organisation Mondiale de la Santé lors d’une conférence de presse par visioconférence.  « Il est clair qu’il existe une préoccupation dans un grand nombre de ces pays, mais le Brésil est clairement le plus touché à ce stade », a-t-il ajouté.

Le Brésil a enregistré vendredi  22 mai 2020, 1 001 décès par coronavirus quotidiens, portant le nombre total de décès à 21 048, selon le ministère de la Santé. Cependant, le nombre réel – à la fois de cas et de décès – est probablement plus élevé car la première économie d’Amérique latine a mis du temps à accélérer les tests.

Vue de l’unité de soins intensifs traitant des patients atteints de coronavirus COVID-19 à l’hôpital Gilberto Novaes de Manaus, Brésil [Photo: Michael Dantas / Reuters]

Le bilan des morts a doublé en seulement 11 jours, selon les données du ministère. « La majorité des cas proviennent de la région de Sao Paulo », a déclaré RYAN. « Mais en termes de taux d’attaque, les taux d’attaque les plus élevés se trouvent en fait en Amazonie: environ 490 personnes infectées pour 100 000 habitants, ce qui est assez élevé« , a-t-il déclaré à propos du vaste État du nord-ouest du Brésil.

Hydroxychloroquine en essais cliniques

Le ministère brésilien de la Santé a recommandé d’utiliser les médicaments antipaludiques chloroquine et hydroxychloroquine pour traiter même les cas bénins de COVID-19 – traitements que le président Jair BOLSONARO a réclamés malgré le manque de preuves concluantes de leur efficacité.

Une analyse publiée vendredi dans la revue médicale The Lancet a révélé que les patients traités avec les médicaments présentaient un risque de décès plus élevé que ceux qui n’avaient pas reçu ces médicaments.

Mike RYAN a souligné que ni l’hydroxychloroquine ni la chloroquine ne se sont révélées efficaces dans le traitement du COVID-19 – ou dans la prophylaxie contre la maladie. Les deux médicaments font partie d’une poignée impliquée dans des essais cliniques coordonnés par l’OMS pour trouver des traitements efficaces pour la maladie. Quelque 3 000 patients participent aux essais dans 320 hôpitaux de 17 pays. « Nos examens cliniques et systématiques actuels effectués par l’Organisation panaméricaine de la Santé, et les preuves cliniques actuelles, ne soutiennent pas l’utilisation généralisée de

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s