LIBYE. Opérations militaires : Russes, Syriens et Turcs embrasent la Libye, l’Union Africaine muette

CHINA AFRICA MEDIA – Combien d’années l’Union Africaine sera-t-elle encore muette face au déchirement d’un Etat africain par les forces militaires étrangères qui cherchent toujours à créer des foyers de conflits en Afrique ? La Libye n’a pas fini d’être destabilisée, depuis la hargne affiché du Président français Nicolas SARKOZY qui s’était donné pour mission de tuer le président Mouammar KADHAFI, mort finalement le 20 octobre 2011 avec la bénédiction de certains présidents africains.

Aujourd’hui, les actions déstabilisatrices des Forces étrangères se multiplient au Magheb, constituant des risques d’embrassement de toute la région autour de la Libye. Ces actes de destabilsation d’abord militaire depuis 2018, prennent aujourd’hui des volets économiques. Les Etats-Unis ont accusé la Russie de faire tourner la planche à billets pour arroser l’économie libyenne de liquidité et entretenir la guerre dans plusieurs régions.

Le ministère russe des Affaires étrangères dément les allégations américaines accusées de contrefaire de l’argent envoyé en Libye. «Un contrat pour l’impression de dinars libyens a été signé en 2015 entre « Guznak » et le président de la Banque centrale libyenne, et le document a été approuvé par le Parlement libyen», s’est exprimé le ministère des Affaires Etrangères russe sur sa page Twitter.

Depuis le 26 mai, la tension monte en Libye et prend des proportions de plus en plus inquiétante. La Libye est en passe de devenir un nouveau théâtre des opérations militaires les plus atroces. « Les actions déstabilisatrices de la Russie en Libye exacerberont également l’instabilité régionale qui a provoqué la crise migratoire qui affecte l’Europe », a averti l’US AFRICOM, le commandement des Forces américaines en Libye.

Le communiqué de l’US AFRICOM

Et ce n’est pas la première accusation des Américains contre les Russes. Dans un communiqué publié le 26 mai dernier, l’US Africa Command [USAFRICOM] a dénoncé, quinze photos à l’appui, la Russie d’avoir récemment déployé des avions de combat en Libye afin d’y soutenir la société militaire privée [SMP] russe Wagner (entre 800 et 1200 mercenaires sur le théâtre des opérations). Laquelle SMP appuie l’Armée nationale libyenne [ANL] du maréchal Khalifa Haftar face aux milices du Gouvernement d’union nationale [GNA, établi à Tripoli] et aux combattants envoyés auprès de ces dernières par la Turquie. Autrement dit, après la Syrie à la Libye, l’Afrique fait les frais des animosités entre Ankara et Moscou.

Ces avions de combat, avance l’USAFRICOM, sont « arrivés en Libye, depuis une base aérienne en Russie, après avoir transité par la Syrie, où il est évalué qu’ils ont été repeints pour camoufler leur origine russe ». Et le général Jeff Harrigian, le chef des forces aériennes américaines pour l’Europe et l’Afrique d’ajouter que « M. Haftar a déclaré qu’il était sur le point de lancer une nouvelle campagne aérienne. Ce sera avec des pilotes mercenaires russes, pilotant des avions fournis par la Russie pour bombarder des Libyens (…) » Plus précisément, c’est le chef de l’aviation de l’ANL, le général Saqr AL-JAROUSHI, qui évoqué le lancement de la « plus grande campagne aérienne de l’histoire de la Libye » auprès de l’agence Bloomberg, précisant que « toutes les positions turques sont désormais des cibles légitimes. »

Selon l’Agence MNA un média non gouvernemental créé en 2002 par des journalistes indépendants de Cisjordanie et de la bande de Gaza, c’est le pétrole libyen qui est au centre des convoitises. Dans ce bourbier militaire libyen patauge aussi des Turques. Selon l’ONG Syrians for Truth and Justice [STJ], basée en France, la Turquie aurait recruté entre 2 000 et 4 000 combattants syriens [dont des mineurs], pour ensuite les envoyer à Tripoli.

Avion Russe filmé par les Américains

Côté officiel, on montre patte blanche. À Moscou, un responsable du comité de la Défense au Parlement russe dément l’accusation américaine, ajoutant que la Russie appelle toutes les parties au conflit en Libye à dialoguer. Richard NORLAND, l’ambassadeur américain à Tripoli, a annoncé le soutien de son pays au GNA, le gouvernement d’entente nationale à Tripoli tout en dénonçant « des forces qui cherchent à imposer par les armes un nouveau régime politique » en Libye.

Chose curieuse l’Union africaine continue à se taire face à la mort des nombreux libyens innocents, victimes des dommages collatéraux de ces conflits sous fond d’appétit vorace pour le pétrole africain. Même si l’Union Africaine n’est pas militairement forte, elle peut aussi utiliser la parole et la voie diplomatique pour gêner les agissements russes, turques, français et syriens dans cette région d’Afrique. De plus, ce conflit destabilise cette région du Grand désert et permet aux autres terroristes de trouver une inspiration propice pour à semer le trouble dans région du G5 Sahel. Le conflit en Libye dessert aussi la construction d’une Zone de libre-échange continentale vraiment prospère.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s