ISRAËL. Covid-19. Des milliers de manifestants protestent contre la mauvaise gestion de l’épidémie

CHINA AFRICA MEDIA -Se sentant abandonnés par le gouvernement après la fermeture forcée de leur commerce et des lieux publics pendant la pandémie, chômeurs, syndicats étudiants et travailleurs indépendants israéliens se sont réunis sur la place Rabin, lieu traditionnel de rassemblement, pour exiger au gouvernement d’honorer à ses engagements financiers. Ceci alors que le pays enregistre trois nouveaux décès du covid-19.

Les médias locaux ont estimé à quelque 10 000 le nombre de personnes ayant pris part à la manifestation de protestation contre la politique économique du gouvernement pendant la pandémie de COVID-19 ce samedi 11 juillet à Tel Aviv.

300 policiers ont été dépêchés sur place et aux alentours afin de faire respecter les directives du gouvernement concernant le coronavirus, notamment la distanciation physique et le port des masques. « Des centaines de policiers seront déployés pour assurer la protection des manifestants et préserver l’ordre public », avaient indiqué les autorités policières dans un communiqué.

Il faut dire que conséquemment aux mesures restrictives prises par le gouvernement israélien aux fins de lutter contre la pandémie de Covid-19, le taux de chômage en Israël a été quasiment multiplié par 9 ces derniers mois, passant de 3,4 % en février à 27 % en avril, avant de redescendre légèrement en mai à 23,5 %. Les chiffres de juin n’ont pas encore été publiés.

Si les salariés qui se sont retrouvés sans travail ont pu demander des allocations chômage, les travailleurs indépendants affirment chaque jour que nombre d’entre eux attendent depuis des mois l’aide promise par le gouvernement.

Les syndicats étudiants ont aussi participé au rassemblement pour exprimer leurs inquiétudes dans un contexte où de nombreux jeunes se retrouvent aujourd’hui sans travail.

Ce n’est pas une protestation politique mais du peuple

Une résidente de Tel Aviv, a confié au Times of Israël assister à la manifestation pour afficher sa solidarité avec beaucoup de ses amis qui ont perdu leur emploi en raison des restrictions prises par le gouvernement. Lesquelles restrictions visaient à contenir la pandémie.

« Ce n’est pas une protestation politique, c’est une protestation du peuple », a lancé un autre manifestant, le chef de l’Association des bars et clubs d’Israël. Il a fait savoir que les manifestants exigent une action immédiate. « Nous voulons voir l’argent à la banque. La période de naïveté est terminée », a-t-il martelé.

« Je suis ici pour appeler le gouvernement à faire ce qu’il a promis. Transférer l’argent aux salariés et aux petites entreprises », a poursuivi un autre encore. « Vous leur avez dit de fermer et ils l’ont fait. Maintenant, c’est à vous de les aider avant qu’il ne soit trop tard », ajoute-t-elle.

Il y a une grave crise de confiance

Il y a une grave crise de confiance entre le gouvernement et une grande partie delà population israélienne, c’est en tout cas ce que pense Shai BERMAN, un des organisateurs de la manifestation, interrogée par nos confrères de la radio publique israélienne. BERMAN faisait partie d’un groupe de militants invités vendredi par NETANYAHU et des responsables du ministère des Finances, dans une tentative de dernière minute visant à éviter la gigantesque manifestation. « Il a essayé », a-t-elle déclaré, ajoutant que les aides présentées étaient un bon début mais comportaient des défauts. Benjamin NETANYAHU avait, de son côté, déclaré « Nous tiendrons nos engagements ».

Mais cela n’a pas empêché certains des manifestants de scander « Bibi [Netanyahu], rentre chez toi », dans ce qui semble représenter le sentiment de la majorité manifestants, l’appelant à démissionner en raison des soupçons de  corruption qui pèsent sur lui. Selon Kan, plus de 160 manifestations ont eu lieu dans différents endroits du paysmalgré l’interdiction de rassemblement en vigueur.

L’ombre de George Floyd plane encore

« Les manifestants n’ont aucune raison de protester, nous n’avons pas perdu le contrôle de ce qui se passe dans l’économie », a estimé le ministre des Finances, Israel Katz à la Treizième chaîne. Concernant les plaintes selon lesquelles l’aide gouvernementale promise a été lente à arriver, Katz dit : « l’argent arrivera à la banque mardi et vous le verrez dans votre compte mercredi ».

Certains à Tel Aviv ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Laissez-nous respirer » en hébreu. En écho au « Je ne peux pas respirer », repris dans les manifestations contre les violences policières dans le monde entier depuis la mort, le 25 mai  de George Floyd.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s