LIBAN. « Quand le soleil se lèvera, Beyrouth, ma ville, n’existera plus »

CHINA AFRICA MEDIA- Au lendemain de la double explosion qui a dévasté la capitale libanaise le 04 août dernier, la presse du monde entier a aussitôt fait l’échos de cette tragédie qui aura coûté 113 vies humaines, près de 5000 blessés et plusieurs milliards de dollars de dégât matériel. Certains médias titraient sur l’ampleur des dégâts tandis que d’autres recueillaient les témoignages et récits de témoins oculaires. CHINA AFRICA MEDIA vous propose donc ici les regards croisés d’organes de presse présents sur le terrain. 

Autres Presses-« Quand le soleil se lèvera, Beyrouth, ma ville, n’existera plus » : après avoir sillonné la capitale à moto, juste après les explosions, une reporter du journal évoque, tard dans la nuit, « une destruction digne d’un film de fiction », une ville dont « il ne reste plus rien que ses habitants, qui ont appris à survivre, à vivoter, à être résilients ». « Il ne reste plus rien à Beyrouth. Plus rien. Et quand le soleil se lèvera, écrit-elle, nous constaterons que la ville n’est plus ».

L’onde de choc de ces explosions se propage à travers la presse internationale. The National relève que la seconde explosion a été si forte qu’elle a été ressentie jusqu’à Chypre. « Les traces de ces explosions massives sont visibles partout dans la capitale, tout comme la solidarité du peuple libanais, coutumier des crises », note le quotidien émirati.

« Beyrouth brisé » : au Royaume-Uni, The Independent fait état du témoignage d’une infirmière de l’hôpital Saint-Georges, qui dit avoir traversé la guerre civile de 1975-1990 et la guerre de 2006 contre Israël sans avoir jamais connu une telle déflagration. « Nous sommes maudits. Et même si c’est un accident, c’est la dernière chose que nous pouvions nous permettre », déclare un jeune blessé d’une vingtaine d’années, dans The Guardian. Le quotidien britannique parle d' »un désastre d’une telle ampleur qu’il est difficile d’en prendre la mesure, dans un pays qui était déjà au bord du précipice ».

Pour rappel les autorités libanaises ont indiqué que les explosions étaient dues à l’embrasement de 2750 tonnes de nitrates d’ammonium entreposées près du port de la ville. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s